Le coin du coach

Coaching – Rôle et but

 

Beaucoup de leaders sont formés individuellement dans une relation de coaching. Ce processus doit être baigné de la puissance du Saint-Esprit et modelé à travers les exemples bibliques qui nous sont donnés par rapport à la formation du leadership. Il existe beaucoup de modèles de relation de coaching/mentorat et de formation dans la Bible.


C’est un processus à long terme, en vue de guider un apprenti (protégé) pour qu’il acquière une compréhension des principes, un caractère bien formé spirituellement et des habiletés de leader. Gardons-nous de considérer uniquement la situation actuelle du protégé, mais par la grâce de Dieu, envisageons surtout ce qu’il peut devenir avec le temps et la formation.


Être un coach, c’est plus que d’avoir un rôle à jouer, c’est une attitude. Nous ne pouvons pas forcer les gens à nous suivre. Ils chercheront à marcher avec nous, si notre attitude (caractère), notre expérience et notre vie spirituelle les attirent, et si nous sommes capables de transmettre adéquatement nos acquis et nos connaissances.


Le coaching est une merveilleuse expérience de croissance pour les deux personnes qui y sont impliquées. C’est un engagement mutuel qui nécessite une préparation, de la persévérance, de l’amour, une solide vision de formation et surtout beaucoup de prière.


Outils de coaching



Le coach

 

Le coaching est un processus relationnel à travers lequel celui qui sait comment bien faire une chose, et comment l’enseigner à quelqu’un d’autre, transmet sa connaissance et ses habiletés à celui qui veut les apprendre.


C’est l’accompagnement personnalisé sur le plan professionnel, organisationnel, personnel, spirituel, etc., qui aide le protégé à développer son savoir-faire et son savoir-être. Le coach aide à développer une vision et à avancer graduellement dans celle-ci. Il est un leader-serviteur qui aide le protégé à atteindre ses buts, par l’enseignement, l’encouragement, la motivation et la direction (et non par la domination). Le coach est un motivateur et un catalyseur. Il analyse une situation existante, aide à déterminer des buts et seconde le protégé dans l’élaboration de stratégies efficaces pour les atteindre. Compte tenu que le coach ne possède pas toutes les habiletés, ni toutes les connaissances, dans les domaines où il est plus faible, il référera le protégé à des personnes ressources qui ont la compétence recherchée et qui compléteront, sous sa supervision, la formation de son protégé.


Le coaching facilite l’adaptation aux changements, tant dans la vie personnelle que dans l’environnement économique, social, l’Église locale, la famille, etc.  Il contribue à la réduction du stress et à une meilleure gestion de l’évolution du processus de changement.


Il aidera lui aussi le protégé à atteindre le plein potentiel que Dieu lui a donné, à travers des rencontres qui seront plus fréquentes (même hebdomadaires) que celles du protégé avec son mentor. Le coach travaille de près dans la gestion des problèmes courants et des problèmes de performance. Il enseigne des connaissances, aide à gérer un projet, clarifie, vérifie, évalue, affirme, motive, inspire, surveille, assiste, etc.


Décider de recourir au coaching n’est pas un signe de faiblesse, mais une prise de conscience de ses faiblesses. La véritable faiblesse consisterait plutôt à attendre que les choses se règlent d’elles-mêmes, ou à se plaindre sans chercher de solution. Le coaching est un choix stratégique et une recherche d’efficacité.


« Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l’enseigner aussi à d’autres. »

2 Timothée 2.2

 

Un cours sur le coaching est offert par SEMBEQ.